Validation du scrutin 22mars: le PGR sorti avec 0député n’exclut pas d’aller devant la cour suprême

0

La cour constitutionnelle a rendu ce mercredi 15 avril 2020 son arrêt sur les résultats des élections législatives du 22mars dernier.  Certains partis politiques ayant déposé une requête auprès de l’institution pour demander l’annulation de ces élections savaient déjà que les résultats donnés par la CENI allaient être maintenus. C’est le cas  Ibrahima Sory Condé, président du PGR, parti Guinéen de la Renaissance.

Rien n’a été respecté en termes de principe démocratique lors des élections du 22mars dernier. C’est la position  du parti Guinéen de la Renaissance. Son président souhaite désormais l’annulation pure et simple de ce double scrutin. « Ça été tout sauf franchement une élection. On a fait que désigner les sièges pour les uns et les autres. On n’a pas tenu compte des voies que les partis ont obtenues. On a tenu compte des relations avec les uns et les autres, avec le système, avec le pouvoir en place» s’explique Ibrahima Sory Condé.

Ibrahima Sory Condé n’est pas surpris de la validation de ces résultats. «Je sais que la cour constitutionnelle va de cabale en cabale parce que tout ce qui est fait depuis le début jusqu’à la fin, ils n’ont fait contourner les principes démocratiques, ils n’ont fait que contourner les principes juridiques» ajoute t-il.

Une autre voie de recours existe pour le PGR. C’est la cour suprême indique son président. « Si déjà dans le travail de la cour constitutionnelle, elle s’est décrédibilisée, elle sera poursuivable devant la cour suprême. Si les procédures ont été violées, on a le droit de les attaquer devant la cour suprême» conclut notre interlocuteur qui  est sorti de ces élections législatives avec 0député.

La rédaction

LEAVE A REPLY